The confidential report
La poursuite de la vérité

Coronavirus : le pangolin n'y est pour rien

Par KOSSI BALAO - 2020-04-04 16:26:27

Inès Leonarduzzi, PDG de l'ONG Digital for the Planet, lors du sommet Gala HR One à Luxembourg, le 16 novembre 2017.

C'est parce que l'humain détruit les zones d'habitation des animaux sauvages que les virus se répandent, mutent puis deviennent meurtriers, rappelle Inès Leonarduzzi, PDG de l’ONG Digital For The Planet. Il faudra en tirer la leçon, une fois que la pandémie de coronavirus sera endiguée, recommande cette jeune femme qui se bat contre la pollution digitale. Elle montre que les pandémies ne datent pas d’hier, que les animaux sauvages n’y sont pour rien et qu’en fait c’est tout notre mode de fonctionnement qu’il faut mettre à jour. Lire son opinion sur le site du journal Les Echos.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés. Abonnez-vous pour prolonger votre lecture !

Voir les offres
Déjà abonné ?

Partagez !


A la une


Un million de dollars pour améliorer la production de la viande au Rwanda

2020-06-25 21:53:51 | Business et economie , general Lire

À Madagascar, routes et ponts changent la vie des populations

2020-06-16 16:55:25 | Business et economie , general Lire